J’inaugure ici de façon totalement opportuniste une nouvelle thématique, dont je ne sais pas franchement si / comment elle évoluera dans les mois à venir, mais que je vais tout de même essayer de maintenir sur la durée puisque j’ai quelques idées pour l’alimenter. Je crains de ne pas choisir la facilité pour une première avec un groupe que finalement très peu de gens connaissent, en dépit des efforts nombreux que Shimoa et moi avions faits pour les faire connaître au temps de mimu : il s’agit du duo Nichika, composé de la chanteuse Issui Miyamoto et du compositeur, arrangeur et guitariste Yoichirô Nomura, lesquels ont mis fin à leur collaboration fin 2009 après avoir enchanté mes oreilles pendant deux bonnes années.

Je ne vais pas refaire ce qui a déjà été fait, et je vous invite pour plus d’infos à consulter le Myspace du groupe et les archives de mimu pour en savoir plus sur ce groupe et sa musique, avec :

– une interview du groupe

– la critique de l’album Nichika (avec notamment ma piste coup de coeur Garage), et celle du dernier single River’s Edge (dont on ne savait pas, à l’époque, qu’il resterait sans suite)

– la discographie de Nichika sur CDJapan

– le clip de River’s Edge, en passant :

Ceci étant dit, il est temps de répondre à la grande question que sans doute pas grand monde se pose…

Mais que sont-ils devenus ?

Yoichirô Nomura a rejoint l’an dernier l’équipe d’agehasprings, une des principales teams de production musicale de l’archipel, collaborateurs de YUKI, Superfly, Yuzu, flumpool, Yuna Itô, mais aussi Mika Nakashima, et même ponctuellement JYJ, les NEWS et AKB48 parmi beaucoup, beaucoup d’autres. Cette team est également à l’origine de toute la partie musicale du projet GENKI ROCKETS. Nomura y officie essentiellement à la programmation et aux arrangements, bien que son profil mentionne également son statut de compositeur, guitariste et parolier. Parmi ses derniers travaux en date : plusieurs morceaux de NIKIIE (STAR, HIDE & SEEK) et flumpool (Touch, two of us), mais aussi la face B d’un single de Yuzu ou encore le premier single de l’actrice CHiAKi KURiYAMA, intitulé Ryuusei no Namida.

Issui Yamamoto connaît un destin moins évident. L’artiste a passé ces deux dernières années à tenter de se faire une place dans le monde cruel de l’entertainment, alimentant un blog de façon régulière tout en enchaînant les participations à de petits concerts et les castings. Ce travail a payé, puisque Issui était tout récemment à l’affiche du film Synchronicity dont elle tient le premier rôle; un film assez sombre à contre-emploi, où elle joue une jeune fille paumée, un peu prostituée sur les bords, dont le chemin croise celui d’un jeune étudiant en arts lui aussi en perdition.  L’artiste a également raconté récemment avoir enregistré plusieurs morceaux en studio, au devenir pour le moment inconnu. En attendant une actualité plus consistante de sa carrière musicale, vous pouvez toutefois consulter son channel youtube où ont récemment été postés deux chansons, ainsi que ses reprises en video sur  Ameblo, en particulier cette jolie version de Cherry de Spitz où elle s’accompagne à la guitare

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: