A ne pas manquer : Récits de Fukushima

Je travaille en ce moment sur un gros dossier pour ce blog qui se présentera probablement en trois parties, un dossier qui me demande un peu plus de boulot que d’habitude parce qu’il nécessite un minimum de documentation. Aussi en attendant de boucler ce sujet musical, je comble l’absence d’activité avec un peu d’actualité générale pour changer. Ce n’est pas le genre de la maison de donner dans le larmoyant ou le politisé, mais en cette semaine de commémoration du premier anniversaire des évènements qui ont frappé le Japon en mars 2011, je ne pouvais pas ne pas attirer votre attention sur la série de reportages bouleversante réalisée pour arte et récemment mise en ligne sur le site de la chaîne. D’autant que je ne sais pas trop combien de temps les videos vont rester accessibles, mais c’est probablement l’affaire de quelques jours seulement.

Récits de Fukushima est donc une série de huit reportages d’une durée d’environ 6mn chacun, réalisés par Alain de Halleux. Ce réalisateur et scénariste a notamment à son actif plusieurs travaux sur le sujet du nucléaire; il a cette fois fait ses bagages pour s’immerger l’espace de quelques jours dans le quotidien de japonais touchés de plus ou moins près par la catastrophe, à Tôkyô et dans la région de Fukushima. Plusieurs mois de préparation lui ont permis de développer suffisamment de confiance avec ses interlocuteurs pour que ceux-ci dévoilent, à la caméra, un discours terriblement authentique et intime qui tranche avec l’habituel respect pour l’opinion dominante que les Japonais s’efforcent d’afficher en toutes circonstances. Le résultat est, comme je le disais plus haut, absolument bouleversant tant les témoignages semblent tiraillés. Tiraillés entre la peur pour soi et ses enfants d’un côté, la solidarité et l’attachement au consensus et à l’idée d’aller de l’avant coûte que coûte d’un autre côté, une certaine forme de révolte face aux pouvoirs en place opposée à une résignation face à l’impuissance manifeste de tous, et aussi une réflexion profonde sur les valeurs, les traditions, le sacré, l’héritage à laisser au futur. Tout cela en 8 fois 6mn donc, soit trois quarts d’heure à la fois  riches et complexes dans les problématiques qu’ils évoquent et criants de simplicité et d’évidence.

C’est à visionner ici : http://fukushima.arte.tv

Récits de Fukushima sur arte.tv

Alors je sais, je vois déjà quelques mauvaises langues me rappeler que c’est un blog spécialisé sur la culture pop japonaise et que ce sujet n’a pas grand chose à faire ici. Mais je me dis qu’après tout la plupart des lecteurs de ce site sont suffisamment sensibilisés à la culture nippone pour que ces reportages les intéressent. Inutile également de me rappeler que les tremblements de terre en Haïti, le tsunami en Asie du Sud-Est ou encore la famine en Afrique sont ou ont été à l’origine de drames humains bien plus meurtriers que cela et que je ne m’en émeus pas pour autant; mais ma foi, c’est ainsi, le ressenti ne se commande pas et on ne peut pas s’émouvoir de tout. Reste que j’ai, très honnêtement, été retourné par ces reportages et la chose est suffisamment rare pour que je me décide à partager cela avec vous sur cet espace d’expression personnel. Faites-en ce que vous voulez !

A noter en passant qu’il me semble avoir reconnu, dans l’une de ces vidéos, l’un des protagonistes d’une autre video, elle aussi édifiante, qui a tourné il y a quelques mois. On y voit une réunion d’information confrontant des représentants d’organismes officiels à des membres de la population des régions sinistrées, et là aussi les réactions des officiels et la souffrance des habitants face à l’abandon dont ils font l’objet sont tout aussi tragiques. Pour ceux qui l’auraient ratée :

Voilà, sur ce, promis, mon prochain billet sera musical !

Partagez et article avec vos amis !