Toshi et Yoshiki à la JE : l’objet du scandale

J’aurais pu me moquer. Non mais, sincèrement… Avec une vidéo pareille… c’eût été d’une facilité odieuse. Enfantin. Tentant aussi. Ôôôô combien tentant ! Mais vous me connaissez, c’est pas du tout mon genre de tirer sur une ambulance. Dutoudutoudutout. Encore moins quand elle se dirige tout droit vers le service gériatrie. Aussi, en tant que « journaliste du milieu » certes has been mais toujours aussi dévoué, j’ai décidé de mener l’enquête. J’ai revêtu mon plus beau smoking H&M, écumé les soirées Canal+ aux côtés de Yann Barthès et Mademoiselle Agnès, descendu les escaliers des clubs échangistes les plus reculés en évitant tant bien que mal les assauts d’un Thierry Ardisson grisonnant mais toujours fougueux, sniffé avec lui l’équivalent de la ligne TGV Est en rails de coke, descendu des hectolitres de Champomy, bouffé la zézette à Zahia, vomi dans le trou du cul de Michou, caressé les tétons de Shade et tari mes réserves de salive à lécher les chevilles du staff entier d’Orient Extrême, et je vous dis pas la circonférence pour certains, les marathoniens kenyans viennent d’y entraîner régulièrement. Tout ça, rien que pour vous. Parce que vous, mes chers et fidèles lecteurs qui avez voté pour moi aux TM Golden Blog (ou allez le faire de ce pas), vous méritez la vérité !

Je suppose que vous avez déjà tous accroché sur votre frigo la sublime videokifépeur que nous livrait hier le staff de Japan Expo. Si ce n’est pas le cas, petite séance de rattrapage ci-dessous (mais attention les yeux, si les deux polichinelles y sont affublés de lunettes de soleil, ce n’est pas que pour la déco).

Voici donc Yoshiki et Toshi qui, selon la tradition de ces derniers mois, se livrent à l’exercice certes ingrat de la petite vidéo annonçant leur participation prochaine à Japan Expo. Rien de bien choquant au demeurant, à première vue. Sauf que, je le clame haut et fort, l’ombre d’une supercherie vient assombrir le tableau, précédée par un subliminal foutage de gueule tragicomique que je me propose de dénoncer ici.

Commençons par le décor et les costumes. Le cadre : un petit salon avec les peluches Hello Kitty feat. Yoshiki, qui en disent déjà long sur l’opportunisme marketing dont seront victimes les visiteurs du salon, en la présence conjointe de la créatrice de Kitty et du leader d’X Japan. « Oh elles sont trop kawaii ces peluches Kitty, kyyaaaaaah, c’est quoi c’est quoi c’est quoi ? – Oh mais rassurez-vous, ces figurines seront en vente sur les stands JE Shop au prix exceptionnel d’une petite centaine d’euros, soit moins cher qu’un pack Momusu ! ». Bon… L’ambiance : 100% émotion, larmoyante, dégueulinante même (néologisme certes, mais pertinent vous en conviendrez). Avec un petit air d’Endless Rain en fond sonore discret, et l’effet « lueur diffuse » tout droit sorti des plus grandes scènes romantiques des Feux de l’Amour. Plus kitsch, tu meurs. Le look, passons rapidement : Yoshiki transpire son habituel air de vieille bourgeoise, et Toshi assume plus que jamais sa tignasse de playmobil, c’est à se demander d’où les coiffeurs nippons tiennent leur réputation. Attardons-nous plutôt sur le détail qui tue : la minerve. C’est là que le foutage de gueule commence.

Yoshiki / Toshi

Nan parce que sérieusement… Commencer le message par un « bonjour, comment ca va, je suis désolé d’avoir dû annuler le concert à Paris« , passe encore, même si c’était pas une fois, mais deux, au moins. Le faire avec une minerve histoire de bien rappeler que « oui non mais j’avais une bonne raison, j’ai morflé quoi, et j’en subis toujours les séquelles, alors vous voyez, je me fiche pas de vous« , c’est un poil abusé. Surtout quand on sait qu’il y a 3 mois Yoshiki faisait le mariole sur scène pour le « concert d’adieu » super concept de Toshi, sans la minerve en question (cf ci-contre, et notez le petit air d’Amanda Lear qu’arbore Yoshiki en passant). Mais vous comprenez, pour dire bonjour aux français, faut se protéger, on sait jamais, Sébastien Chabal pourrait passer par là, par hasard, et lui foutre une mandale, juste comme ça, on sait pas. Ou bien il pourrait se faire attaquer par derrière par Kitty, parce qu’attention hein, c’est pas la petite Kitty en robe à fleur, c’est une Kitty rockstar, elle est furious, elle est en rage contre la machine, et elle est bien sûr disponible sur les stands JE Shop au prix toujours aussi exceptionnel d’une petite centaine d’euros.

Et puis attendez… C’est pas la semaine dernière que j’ai lu que Yoshiki se faisait opérer de la main ? La minerve, c’est un leurre c’est ça, pour faire oublier l’actualité ? Non parce que la vraie question qu’il faut se poser, c’est celle de savoir si Yoshiki sera en mesure d’assurer son showcase avec une main estropiée… En l’absence des guitaristes/bassistes du groupe, on peut imaginer (ou du moins on ose espérer) que les deux sacrifiés ne feront pas à leurs fans l’affront d’un playback, même partiel. Faut pas déconner non plus, aussi vieillissants soient-ils, Yoshiki et Toshi n’en restent pas moins, incontestablement, des artistes. L’hypothèse la plus probable réside donc dans un duo piano-voix, qui sur le papier s’annonce assez prometteur. Sauf que si Yoshiki joue à une main et que Toshi est pris des chevrotements parkinsoniens qui pourrissent la moitié de ses performances depuis qu’il a passé la quarantaine, ça va pas le faire.

Et c’est donc en exclusivité mondiale, que même Jean-Marc Morandini il est pas au courant, que je vais vous révéler l’élégant subterfuge mis au point par le staff de Japan Expo pour palier à une probable énième défection des deux stars. La SEFA, jamais à court d’idées, a sorti son portefeuille et dégoté deux artistes confirmés pour livrer, quoi qu’il arrive, au public de Yoshiki et Toshi une prestation musicalement convaincante. Moi c’est au grand Elfassi que j’ai confié ma petite monnaie, et après 3h de planque dans les règles de l’art paparrazi je vous propose de découvrir ci-dessous la seule et unique photo des répétitions à huis clos que ces deux doublures ont organisées pas plus tard qu’hier sur la scène du Camping Star Etoile Club de Trifouilly-les-Clarinettes.

Yoshiki & Toshi - avec trucage

Non les pisseuses ne pleurez pas, un handicapé au demeurant excellent musicien et une vieille fille à la voix cristalline éraillée par les ans, il n’y aura sans doute pas plus fidèle pour interpréter les plus belles ballades d’X Japan. Et puis franchement, la ressemblance est frappante non ?

Partagez et article avec vos amis !